Snowbull's
Histoire du

Élevage de bouledogues anglais

Bulldog anglais

Le bouledogue anglais et son histoire

bulldog anglais et Bull-baiting. Alken Samuel Henry

Histoire du bulldog anglais

Le bulldog anglais descend des Molosses du Tibet; il était utiliser pour combattre les envahisseurs romains puis les chrétiens dans les arènes, les ours... et les taureaux. (Bulldog: chien de taureau).

À une époque il était illégal d'abattre un taureau à moins qu'il n'ait d'abord combattu des chiens. Les historiens conviennent que le bull-baiting se développe à partir de la conviction que les efforts prolongés du taureau juste avant son abattage, avaient pour effet d'en attendrir la viande, d'en améliorer la saveur et d'en faciliter la digestion. On sait aujourd'hui, mais les bouchers de l'époque avaient constaté, qu'immédiatement après l’abattage, les muscles sont souples, mais peu à peu ils deviennent plus fermes: c’est l’installation du rigor mortis. Le raffermissement est causé par une série de changements biochimiques dans le muscle, le plus important étant la conversion du glycogène (réserve d’énergie du muscle) en acide lactique. De plus, l’acidification de la viande nuit à la croissance des micro-organismes comme les bactéries. Les combats accéléraient ce processus: le glycogène des muscles du taurau était déjà transformé en acide lactique lors du combat, et la viande était plus rapidement consommable et moins exposée aux micro-organismes. (La transformation du glycogène en acide lactique cause les crampes des sportifs.) Le temps d'exposition de la viande aux contaminations et proliférations bactériologiques étaient ainsi réduits grâce aux bull-baitings. De nos jours, les chambres froides, les emballages sous-vide... offrent à la viande le temps de "maturation" nécessaire sans risque sanitaire.

Mais à cette époque, lors les bull-baitings, le taurau était poussé stressé par l'effort, la peur et les blessures, juste avant son abattage; ses réserves de glycogène étaient épuisées et transformées an acide lactique. La popularité du bull-baiting découle donc d'une nécessité pratique: La viande avariée était un danger perpétuel. Les consommateurs potentiels préfèraient assister à l'abattage de l'animal par le boucher, Le bull-baiting faisait parti de ce processus et devait assurer la qualité de la viande.

bulldog anglais et bull-baiting.

La légende veut qu'en 1209, Lord Stamford, assista par hasard à la mise à mort d'un taureau par deux chiens appartenant à un boucher et qu'à cet instant, l'idée lui vînt d'organiser des combats. Le bull-baiting passa du statut de nécessité sanitaire à celui de sport national. Le taureau était attaché par les cornes à une corde elle même fixée à un poteau ou un anneau. Pour parer les assauts de ses assaillants, le taureau tentait de projeter le chien dans les airs en glissant une corne par en dessous. Pour éviter de se faire encorner les chiens approchaient quasiment en rampant.

Le bull baiting se répandit en Europe et fut pratiqué pendant plus de six siècles. C'est pendant cette période que le bulldog anglais a sélectionné ses caractéristiques:

  1. Le corps près du sol pour éviter les cornes.
  2. La truffe en arrière pour pouvoir respirer sans lâcher prise.
  3. Les rides qui permettaient au sang du taureau de s'écouler sans aveugler le chien.

En 1835, le bull-baiting fut interdit et la race faillit s'éteindre. Mais quelques passionnés continuèrent son élevage et en 1864 un premier club de la race vit le jour. Ces amateurs savaient que la férocité et l'agressivité du bulldog anglais n'étaient pas innés mais le fruit de la cupidité humaine. Bien sociabilisé, le bulldog est très attaché à ses maîtres envers lesquels il développe instinctivement un sentiment de protection, particulièrement envers les enfants.


Twitter Facebook Google Plus Linkedin